Le retour au calme

Quelles que soient la nature et l’origine de l’acouphène, les personnes qui en souffrent le vivent souvent comme un stress considérable

Par Mona Assaf, Ac., B.Sc.
Acupuncture. Massage thérapeutique. Naturothérapie
Membre certifiée OAQ, AAQ, ANQ, RMQ, AAGA


La médecine chinoise

L’acupuncture est une des huit branches de la médecine traditionnelle chinoise adoptée comme moyen d’atteindre l’équilibre du corps et de l’esprit. Il y a 2 500 ans, le meilleur investissement pour maintenir une bonne santé était la prévention. En ce sens, les gens adhéraient à une hygiène de vie pour éviter la maladie qui comprenait : méditation, herbologie, massage, Feng Shui, alimentation selon les saisons…mais c’est vrai que les temps ont changé ! Aujourd’hui au Québec, la médecine complémentaire est considérée de plus en plus comme choix alternatif de santé sans effets secondaires. L’acupuncture est une technique basée sur l’insertion superficielle de fines aiguilles dans des points spécifiques du corps appartenant aux 12 méridiens principaux. La maladie ou le déséquilibre serait attribué à un dérèglement de la circulation du ‘Qi’ ou énergie vitale dans ces zones. La manipulation des aiguilles vise à ramener le corps à l’harmonie.

L’acupuncture et les acouphènes

Bruit de vent, de tourbillon, de vague, d’insectes, de bourdonnement…Quelles que soient la nature et l’origine de l’acouphène, les personnes qui en souffrent le vivent souvent comme un stress considérable. L’efficacité de l’acupuncture dépend de plusieurs facteurs, selon la cause de l’acouphène, la constitution de l’individu, sa capacité de guérison, et les techniques employées pour le traiter. Les sources de cillements et de bourdonnements d’oreille sont nombreuses et parfois multiples chez un même patient. Il s’agit donc d’organiser l’information subjective pour arriver à dresser un diagnostique énergétique approprié à chaque individu, suggérer des changements au niveau de l’hygiène de vie afin de parvenir à mieux soigner le patient.

Un pronostic qui dépend du diagnostique

Un diagnostique médical est très aidant pour le praticien en acupuncture, voire obligatoire. En ce sens, un pronostic réaliste peut être envisagé pour chaque patient. Les acouphènes qui varient en intensité et en fréquence avec le temps, sont indicatifs d’un trouble mécanique pour lequel l’acupuncture n’offrira qu’un soulagement très limité, sinon nul. Toutefois, lorsque les acouphènes sont accentués par la fatigue, le climat, le stress et les émotions ou en présence d’exsudats, cela peut indiquer qu’il y a une certaine fonction au niveau du système auditif, et que l’acupuncture aurait effectivement un effet bénéfique.

Le stress et les acouphènes

Par le fait même d’avoir des acouphènes, l’individu est en situation de stress et d’angoisse. D’autre part, l’atteinte aux méridiens qui compose son état préexistant lui cause un stress de par une faiblesse au système qui n’arrive pas à le vaincre. Dans les deux cas, le stress est réel et il n’est pas rare pour le patient de tomber dans un cycle vicieux où le stress lui cause aggravation et les acouphènes conduiraient à l’angoisse. Pour plusieurs patients ceci est un cycle infini d’inconfort qui mène à l’anxiété ou à la dépression. L’acupuncture est reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) comme étant très efficace dans les cas de stress et de dépression. Il est recommandé qu’un individu fasse recours à l’acupuncture lorsqu’il souffre de stress, de dépression, d’anxiété ou d’angoisse, dans le but d’empêcher la progression de symptômes tels que les acouphènes. Le stress ou une série d’évènements stressants coïncident normalement avec l’apparition des symptômes d’acouphènes, qui eux augmentent les tensions émotionnelles.

La psyché et les émotions

Dans certains textes classiques chinois, on mentionne un développement de troubles auditifs « par convenance ». Ce que cela signifie, est que plus souvent qu’autrement, il y a une composante psychologique associée au malaise. Nous retrouvons des patients de personnalité Yin, une personne plutôt réservée, calme et discrète. Elle manque de vitalité, ne s’efforce pas pour écouter ou pour répondre à une grande partie de ce qui lui est dit. Elle ne veut pas entendre ce qui peut être désagréable et préfère se retirer en elle-même. En prenant de l’âge, beaucoup de gens perdent leur adaptabilité à l’environnement, et n’ont plus l’intérêt ou l’énergie pour répondre aux changements et aux défis de la vie. En gros, ce type est guidé par la peur. La personnalité Yang possède une volonté robuste et une forte affirmation. Elle peut sembler plutôt intolérante, fortement en désaccord avec ce qu’elle entend, avec les opinions, les instructions ou les critiques des autres. Elle entend des paroles, désapprouve et essaye de bloquer le message. Cette disposition provoque une augmentation de l’irritabilité, de la frustration et du ressentiment chez l’individu. Cette personnalité est coincée par sa colère. Il est probable de retrouver un type composé Yin et Yang, chez qui une des deux ou les deux tendances sont présentes. La particularité chez ce type, est que de plus, il existe une composante relative à l’intimité, une difficulté à entrer en relation avec soi ou avec les autres. L’épreuve émotive est le désappointement de ne pas être entendu ou de ne pas comprendre.

Traitements en acupuncture

acouphenesLa stimulation de points d’acupuncture situés sur des zones proximales et distales aux oreilles est employée pour traiter le patient. En outre, la manière de combiner les points d’acupuncture influe grandement sur l’effet curatif du traitement. Le point d’Acupuncture Ting Gong IG-19 (méridien Intestin Grêle) se nomme Palais de l’écoute, ou Demeure de l’ouïe. On peut l’employer pour favoriser une écoute profonde chez l’individu, inciter à écouter les désirs du Coeur, et améliorer la communication par une meilleure connaissance intérieure. Ce point soigne l’écoute de son intuition et donc renforce la sagesse de communiquer clairement. Dans la même région de l’oreille Ting Hui VB-2 (méridien de la Vésicule Biliaire) se traduit par Réunion de l’ouïe : ce point qui alimente l’habileté de la compréhension de l’écoute, soulève la colère qui habite le Coeur et fait serrer la mâchoire. En utilisant ce point, il est possible d’augmenter la bienveillance, l’écoute et l’intuition, dans le but de prendre de bonnes décisions et d’être ouvert à écouter.

La prévention d’après la médecine chinoise

La prévention de la santé acoustique commence très jeune, mais ne fait pas partie de nos notions courantes de préservation de la santé. Bien faire soigner les otites à l’enfance, faire attention lors d’activités de natation et de plein air, éviter les bruits forts comme les spectacles de musique, les traumatismes crâniens, les outils mécaniques, les écouteurs, éviter les abus de médicaments, de drogues, de stimulants, éviter de se surmener…tout ça semble assez évident mais il est presqu’impossible d’y échapper! De plus, à l’enfance, les facteurs émotifs sont difficiles bien souvent à contrôler. Généralement il est aidant pour le patient souffrant d’acouphènes de réduire les aliments qui provoquent l’acouphène (sel, graisses, chocolat, lait, fromage, bananes et agrumes à part le citron), réduire les stimulants (alcool, cigarette, café et thé) et de savoir bien gérer son stress.

Conclusion

En choisissant l’acupuncture et la médecine chinoise pour améliorer sa santé, l’individu s’approvisionne d’un mieux-être en général. Il devient engagé à appliquer des modifications dans son hygiène de vie pour renouveler et renforcer sa santé. En prenant charge de son corps, il devient proactif et l’agent de son propre changement. Au fil du temps, il devient plus à l’écoute de son être intérieur et vit une transformation qui se ressent tant sur le plan émotif que physique.

Références

Jarrett, Lonny S., The Clinical Practice of Chinese Medecine, Spirit Path Press, MA, USA, p. 505, 369-370
Katz, D., Characters of Wisdom, The Petite Bergerie Press, 2005, p.173, 272
Deadman, P., Al-Khafaji, M., A Manual of Acupuncture, Journal of Chinese Medicine Publications
Maciocia, G., The Practice of Chinese Medecine, Churchill Livingstone, 2008, p. 497-504
Ross, J. Acupuncture Points Combinations, The Key to Clinical Practice,